Il y a 15 jours, une éternité, le gouvernement nous annonçait le confinement complet… Ce qui signifiait pour moi plus d’accès à mon espace de travail, plus d’élèves et  plus de contrat…

Passée la phase initiale de stupeur, puis celle de panique (rassembler au plus vite mes affaires, prévenir mes élèves…) est arrivée celle de la reflexion: et maintenant je fais quoi?

3 options se sont présentées à moi:

  1. Je fais l’autruche! Comme elle je plonge la tête dans le sable pour ne plus rien voir, ne plus rien entendre et j’attends que ça passe… Après tout, ce virus c’est super dangereux si je ne le vois pas… peut-être qu’il ne me verra pas non plus et m’épargnera, moi et mon business.
  2. J’analyse la situation, je réfléchis, je pèse le pour et le contre, j’établis des comparaisons, oui mais… avec quoi?  la crise de 29? La grippe espagnole, la 2eme guerre mondiale? J’écoute non stop les infos, me branche 24/24 sur les réseaux sociaux… mais en attendant le temps passe, ma trésorerie baisse, mes élèves disparaissent. Alors je suis certes devenue incollable sur les modèles de masques, connait sur le bout des doigts les stratégies gouvernementales en matière de lutte contre l’épidémie mais les jours passent et j’hésite tellement sur la conduite à tenir que je ne fais rien…
  3. Je passe à l’action: à période exceptionnelle, mesures exceptionnelles! Et si c’était l’occasion rêvée pour se réinventer? sortir de ma zone de confort? tenter des nouvelles choses?

 

Dois-je vraiment vous dire quelle option j’ai choisi?

La première ne m’a même pas effleuré l’esprit. Je n’ai pas pour habitude de fuir devant l’obstacle mais plutôt de l’affronter bien en face!

La seconde m’a tentée, c’est vrai. J’ai bien songé à m’accorder une petite pause pour réfléchir à tout ça, mettre mon boulot en perspective, donner du temps au temps maintenant que j’en avais… enfin! Mais cela n’a guère duré, car très vite la réalité m’a rattrapée. A force de tergiverser, de chercher la meilleure option (qui n’existe jamais) j’allais tout perdre: mon boulot, mes studios, mes élèves… et qu’allaient devenir mes professeurs et mon équipe? Il me fallait trouver une solution innovante au plus vite!

Et pourquoi pas télé-travailler? Si d’autres pouvaient le faire… pourquoi pas nous? Pourquoi ne pas lancer des cours de danse et de GYROKINESIS®… en ligne?

 

Première étape: tester

Deuxième étape: se donner les moyens (techniques)

Troisième étape: convaincre (aussi bien les professeurs que les utilisateurs)

L’entreprise était risquée car aucun de nous n’avait encore fait ça… mais au bout de 15 jours lorsque je vois le taux de remplissage des cours et lis les messages encourageants des utilisateurs je me dis que j’ai bien fait!

Alors vous aussi: FONCEZ!

Profitez de cette parenthèse différente pour sortir du cadre, tenter des trucs fous!